Comment protéger mes proches ?

Nos conseils pour s’assurer de transmettre à ses proches 

Nous pensons souvent que notre famille est protégée, même lorsqu’aucune disposition spécifique n’a été prise dans ce but. Il est vrai qu’il existe un cadre législatif prévu pour palier l’absence de testament. Cependant, il faut garder à l’esprit que :

  • Dans le cadre de familles recomposées, il est indispensable de procéder à des choix et d’avoir une démarche proactive, sous peine de voir certains de ses proches lésés voir pas protégés ;
  • L’État compte parmi vos héritiers, et sans proactivité de votre part, il risque fort d’être le plus favorisé d’entre eux.

Aussi, si vous ne souhaitez pas que l’État soit votre héritier principal au détriment de votre conjoint et vos enfants, et si vous souhaitez être certains que tous les proches auxquels vous tenez soient protégés, il est absolument nécessaire de s’interroger sur la transmission de votre patrimoine.

Pourquoi penser à sa succession ?

Protégez tous les êtres qui vous sont chers

Si vous n’avez que des enfants communs au couple et que vous êtes mariés, le conjoint a le choix entre un quart de la propriété, ou l’ensemble de la succession en usufruit.

Ce cas de figure est donc très simple.

Mais qu’en est-il lorsque le couple n’est pas marié mais pacsé ?

Ou concubins ? En dehors de l’assurance vie, la transmission suit les nombreuses règles du Code Civil et l’époux survivant n’est alors plus du tout protégé. 

Prendre les devants n’est donc pas une option, mais une absolue nécessité afin d’éviter des situations imprévues aux conséquences potentiellement désastreuses.   

Le casse-tête successoral des familles recomposées

Pour les familles recomposées, l’urgence de prévoir sa succession s’en trouve décuplée.  

En présence d’enfants d’une première union, le nouveau conjoint occupe une place hautement inconfortable : après votre décès, il dispose d’un droit d’habitation, à vie, de votre logement commun, mais il ne récupère (par défaut) qu’un quart de votre héritage en pleine propriété. Rien à voir avec le sort du survivant dans une famille classique, qui dispose, s’il le souhaite, de l’usufruit sur la totalité de l’héritage.

Dans la majorité des cas, si nous laissions les choses en l’état, la succession ne se déroulerait pas du tout comme le souhaitent nos clients ! À chaque fois, c’est la surprise, et le soulagement d’avoir évité une situation épineuse, qui aurait potentiellement pu entraîner le déchirement de leur famille.

Ne faites pas de l’État votre premier héritier

Comme nous le disons fréquemment à nos clients, l’État est votre premier héritier. En effet, au delà des 100 000 euros d’abattement fiscal, les héritiers doivent s’acquitter d’un impôt variant de 4 à 45%.

Prenons le cas de la famille Lapierre, mariés avec deux enfants. Leur patrimoine s’élève à 2 500 000 €, composé uniquement d’immobilier dont une résidence principale à Paris estimée 1 500 000 € et de deux appartements de rapport de 500 000€ chacun.

Sans anticipation patrimoniale, lors du décès des parents les enfants Lapierre survivants à leurs parents devront subir des droits de succession au taux médian de 26%, soit la somme de 662 000 €

Notre mission consiste à anticiper la succession  avec les solutions adaptées leur permettant d’éviter d’avoir à payer une telle facture !

Ceci contraint fréquemment les héritiers à devoir vendre dans la précipitation une part de leur héritage afin de pouvoir payer le montant dû à l’État. Ce qui entraîne fréquemment des ventes précipitées en-dessous de leur vraie valeur et de se faire doublement léser.

Pour éviter de perdre le patrimoine de toute votre vie et le transmettre à vos proches, il est impératif de s’y prendre à l’avance et de préparer sa succession le plus tôt possible.

Plus vous vous y prendrez tôt, plus vous pourrez transmettre !  

“Le sujet de la transmission, parce qu’il est douloureux, est souvent repoussé à demain. Or dans bien des cas, “demain” signifie “jamais”.

Cette politique de l’autruche peut avoir des conséquences lourdes, perte de patrimoine, baisse du niveau de vie, voire déchirement de familles.”

Jean-François EMONET – Gestionnaire de Patrimoine

Comment optimiser sa transmission ?

Première étape : définir ses objectifs

Votre situation est unique, elle appelle une solution unique.

Mais avant de pouvoir procéder à l’élaboration de la meilleure stratégie pour vous, il faut que soyez clairs sur vos objectifs :

  • Voulez-vous transmettre en priorité à vos enfants ? Votre conjoint ?
  • Voulez-vous transmettre à d’autres proches ? Frères et sœurs dans le besoin ? 
  • Que faire de vos beaux-enfants ? Souhaitez-vous également leur transmettre votre patrimoine ? 
  • Combien avez-vous besoin d’argent pour vivre ? Et combien pouvez-vous commencer à transmettre ?

Deuxième étape : faire un bilan patrimonial complet

Avant de penser à une stratégie, il convient de faire un bilan complet de votre patrimoine

C’est l’unique façon d’avoir une vision complète de vos actifs. En effet, la législation ne taxe pas tous vos actifs de la même manière. Il convient donc de ne rien oublier.

Vos actifs ne sont pas non plus taxés pareil selon que vous voulez les transmettre à votre conjoint, vos enfants ou vos petits-enfants ! Pour choisir avec pertinence au milieu de cette prolifération législative, il faut avoir la tête claire ! 

Troisième étape : Élaborer une stratégie

Une bonne stratégie vous permet de transmettre à vos proches tout en évitant au maximum la pression fiscale, de protéger les gens que vous aimez et enfin de vous assurer une sécurité financière jusqu’à la fin de vos jours.

Elle doit donc prendre en compte les fiscalités liées à l’ensemble de vos actifs, votre âge et situation personnelle (qui influe sur les possibilités et la taxation) ainsi que votre lien avec les personnes à qui vous souhaitez transmettre 

Ces objectifs, parfois en contradiction nécessitent souvent une réallocation de vos actifs afin d’avoir les moyens d’être en mesure de tout concilier en même temps. C’est ce qu’on appelle une réorganisation patrimoniale. 

Besoin d’être certains que tous vos proches sont protégés ?

Contactez-nous, c’est rapide, ça n’engage en rien, et nous vous répondons sous 24h00 !

1

Vous complétez le formulaire en quelques secondes

2

Nous vous rappelons afin de planifier un rendez-vous.

3

Vous rencontrez un conseiller pour la réalisation d’une étude personnalisée

3 + 11 =

Soyez tranquilles, vous vous adressez aux bonnes personnes

SIC Patrimoine, les chiffres qui ne trompent pas

%

de nos clients nous ont recommandé à leur familles avant 18 mois

années d'expérience

familles accompagnées