Comment réduire la pression fiscale ?

Découvrez comment alléger vos impôts

La France est le pays d’Europe qui connaît la fiscalité la plus lourde (46,2% du PIB) selon l’OCDE. Ceci fait que nous sommes les champions d’Europe en matière fiscale. Réforme après réforme, nous repoussons les limites de la créativité en la matière.

Le taux élevé d’évasion fiscale en est la preuve ultime. Les Français ont le sentiment de se faire bombarder d’impôts. Pour autant, il existe de nombreuses méthodes qui permettent de réduire ses impôts, le tout dans un cadre parfaitement légal.

Pourquoi réduire ses impôts ? Par quoi commencer ? Et quels sont les pièges à éviter absolument ? Les réponses à vos questions sont ici.

contribuables récemment expatriés au Portugal

+6 000

Français exilés à Hong Kong entre 2010 et 2016

400 000

Français exilés à Londres

Pourquoi réduire mes impôts ?

Est-ce vraiment légal ? Et est-ce moral ?

Dès qu’on pense à réduire se soustraire de la pression fiscale, deux dilemmes se posent : est-ce légal ? Et si oui, est-ce même moral ?

La réponse à ces deux questions est la même : oui.

Voici pourquoi.

Comme évoqué précédemment il existe une multitude de procédés visant à réduire vos impôts de manière parfaitement légale. En effet, la fiscalité est un des moyens les plus puissants que l’État utilise afin d’orienter les investissements et d’agir positivement sur l’économie réelle. Ainsi, les réformes fiscales visent avant tout à créer des incitations à investir dans des secteurs qui en ont besoin.

Optimiser ses impôts et profiter des niches fiscales est donc parfaitement légal, mais cela est également une participation à la bonne marche de l’économie, via des investissements dans les secteurs qui ont un besoin fort en financements (logement, TPE, innovation, culture, forêts, patrimoine, etc.).

C’est donc un accord gagnant-gagnant avec l’État :

  • Vous payez moins d’impôts en acceptant de prendre un risque bénéfique pour l’économie.
  • L’État vous rémunère en retour avec une prime de risque prenant la forme d’un avantage fiscal.

Les niches fiscales sont donc des incitations à passer à l’acte en prenant un risque qu’on ne prendrait probablement pas sans cette incitation

Optimiser sa fiscalité passe nécessairement par l’analyse du patrimoine.

Sans bilan patrimonial, il ne peut pas y avoir de stratégie fiscale pertinente.

Une économie fiscale ‘’one shot’’ ne doit faire oublier une stratégie à long terme.

Si je ne peux pas rembourser un emprunt sans l’aide du loyer encaissé, suis-je en capacité d’investir sans risque ? 

Jean-François EMONET – Gestionnaire de Patrimoine

Les notions clés à comprendre avant de commencer

Crédit d’impôt, abattement fiscal, réduction d’impôt, quelle différence ?

Peu nombreux sont les contribuables capables de faire la différence entre abattement fiscal, crédit d’impôt et réduction d’impôt. Ces trois notions sont pourtant fondamentales lorsqu’on commence à s’interroger sur les moyens de réduire sa fiscalité.

Voici donc les trois concepts à maîtriser avant de se lancer :

  • Déduction d’impôt
  • Crédit d’impôt
  • Réduction d’impôt

Une fois que la différence entre ces notions est claire pour vous, il vous est possible de comprendre les différences parmi l’immense variété d’incitations fiscales proposées par l’État. Et faire un choix éclairé. 

Voici une brève explication de ces concepts et de leurs spécificités.

Réduction d’impôt

Les solutions d’investissements qui donnent droit à une réduction d’impôt vous permettent de soustraire directement une somme préalablement définie du montant de votre impôt à payer.

 

Exemple : vous payez 10 000 € d’impôt et grâce à un investissement réalisé, vous avez droit à une réduction de 6 000 €. Dans ce cadre-là, l’impôt que vous devrez in fine ne s’élevera plus qu’à 4 000 €. 
Ce type d’incitation fiscale est la plus répandue. On y retrouve notamment :

  • Les dispositifs immobiliers Pinel et Malraux
  • Les FIP : Fonds d’Investissement de Proximité
  • Les FCPI : Fonds Professionnel de Capital Investissement
  • Les SOFICA : Sociétés de Financement de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuel
  • Girardin Industrielle : Soutien à l’investissement dans les DOM-TOM
  • GFV : Groupement Fonciers Forestiers, etc.

Crédit d’impôt

Le crédit d’impôt fonctionne de la même manière que la réduction d’impôt, avec un avantage en plus. Si le crédit d’impôt dont vous bénéficiez est supérieur au montant de votre impôt, le surplus vous est intégralement remboursé.

Ce mécanisme est particulièrement conseillé pour les foyers payant peu d’impôts, seulement concernés par la première tranche à 14%.

 

Exemple : 

  • Aide ménagère
  • Garde-d’enfant
  • Dons à des oeuvres caritatives
  • Travaux d’amélioration énergétique dans votre résidence principale, etc.

Déduction d’impôt

Le mécanisme de la déduction fiscale fonctionne différemment. La fiscalité française fonctionne selon un barème progressif. L’idée est ici de réduire le montant taxable.

Dans ce cas, l’économie d’impôt dépend de votre Tranche Marginale d’Imposition qui varie entre 0% et 45% en fonction de vos revenus. Ce type d’investissement est donc à prioriser pour les foyers fiscaux les plus lourdement imposés.

Exemples d’investissements : 

  • Monuments historiques
  • Plan d’Épargne Retraite Populaire, prochainement fermé au 1er octobre 2020 

La maîtrise des nouveaux dispositifs de la Loi Pacte (adoptée au Parlement le 11 avril 2019, promulguée le 22 mai 2019 et mise en œuvre par ordonnance le 21 juillet 2019) vous est indispensable pour piloter ce type d’Epargne dans le cadre d’une réflexion plus globale

 

 

Notre méthode depuis 2003

90% des familles nous recommandent auprès de leurs proches

Vous nous rencontrez pour faire connaissance et parler de vos projets

Nous vous expliquons notre façon de travailler, en toute transparence

Nous étudions votre situation en profondeur sur le plan patrimonial, fiscal et juridique

Nous vous exposons toutes nos recommandations avec plusieurs scénarios possibles

Si notre stratégie vous plaît, nous pouvons alors restructurer votre patrimoine pour préparer votre retraite !

Comment faire pour réduire ses impôts ?

Par où commencer ? Faire un bilan patrimonial !

Afin de répondre au problème de manière complète et pertinente, il convient tout d’abord de faire un état des lieux complet sur votre situation, également appelé bilan patrimonial.

  • Combien d’actifs possédez-vous ?
  • Sous quelle forme ? Immobilière ? financière ? Les deux ?
  • Quelles sont les fiscalités qui y sont liées ?
  • Louez-vous un bien immobilier ? Si oui, sous quelle forme ? Vide ou meublé ?
  • Employez-vous des personnes à titre personnel ?
  • De quelles incitations fiscales bénéficiez-vous à l’heure actuelle ?
  • Quelle est votre situation familiale ? Êtes vous mariés, pacsés, avez-vous des enfants ?
  • Quelle est votre situation professionnelle ? Votre type de rémunération ?

Il convient également de faire le point sur vos objectifs de vie. Avez-vous besoin de conserver une des liquidités disponibles ? Si oui, combien et à quelle échéance ?

En fonction de votre situation et de ces objectifs, il est alors possible de procéder à ce qui suit :

  • La réorganisation de votre patrimoine afin de servir ces objectifs au mieux et se soustraire au maximum à la pression fiscale. Le but est alors de créer des revenus non fiscalisés lors d’un nouvel investissement et ou réorganisation de votre patrimoine.
  • Optimiser votre déclaration d’impôts : nombre d’enfants à charge, etc.

Les pièges à éviter absolument pour réduire ses impôts

Se focaliser uniquement sur la carotte fiscale à court terme

Comme évoqué précédemment, les niches fiscales sont avant tout des incitations. L’idée est de nous pousser à faire un choix qu’on n’aurait peut-être pas fait autrement. Le piège serait de perdre de vue la nature de l’investissement en soit et ce qui en découle.

Le cas du dispositif PINEL constitue un excellent exemple.

Beaucoup d’investisseurs s’imaginent que ce dispositif permet d’obtenir une réduction d’impôts en perdant de vue qu’il s’agit d’un avantage temporaire (sur un actif immobilier). Il en résulte

  • il en résulte un risque lié à la location aléatoire ou non du bien ;
  • la seconde question concerne la qualité de l’emplacement immobilier, de la vétusté du bien et des conditions de revente. 

Perdre de vue l’évaluation du risque

Au fil de mon expérience, j’ai pu constater que l’estampillage “défiscalisation” avait pour effet pervers d’inciter à la confiance aveugle. Or tout investissement, estampillé ou non, comporte un risque qu’il convient de ne pas oublier et d’évaluer. 

Les FCPI dans l’innovation constituent un parfait exemple. Ces produits sont particulièrement utiles pour l’économie réelle, et souvent très aléatoires du point de vue de leur rentabilité.

Pour autant, il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’un investissement dont le niveau de risque est inhérent à la nature du bien (bureau, commerce, entrepôt, etc.).

Se faire conseiller ou enquêter en profondeur sur la vraie nature de la FCPI est donc indispensable. 

70%

des FCPI affichent une performance négative à 5 ans (hors avantage fiscal)

Se tromper d’outil de défiscalisation

Certains de nos nouveaux clients nous expliquent avoir déjà optimisé leur fiscalité, ce qui est tout à leur honneur.

Après audit, il apparaît fréquemment que le montant de réduction fiscale n’avait pas intégré les avantages et inconvénients inhérents au produit acheté. Cela est dommage. 

Une analyse plus poussée aurait empêché cette déconvenue. 

Il convient alors de procéder à une ré-organisation patrimoniale globale au plus vite afin de couper court à la perte.

Se tromper de conseiller

La fiscalité française est prolifique, ce qui entraîne, par voie de conséquence une profusion de solutions et de conseillers pour s’y soustraire. 

Sur internet ou ailleurs, nous avons tous déjà vu des messages publicitaires tapageurs promettant monts et merveilles tels que “ne payez plus d’impôts pendant les 6 prochaines années” ! Il arrive bien souvent que ces conseillers qui vous promettent la lune n’aient pas les compétences et les qualifications requises pour vous aider véritablement.

Comme partout, méfiez-vous des offres ou propositions qui vous semblent trop belles pour être vraies. Si elles en ont l’air, c’est souvent qu’elles le sont !

Pensez donc à vérifier ou demander systématiquement les agréments de votre interlocuteur. S’il n’est pas en mesure de donner suite à votre demande, fuyez ! L’enjeu est trop important pour prendre le moindre risque. 

Les certifications SIC Patrimoine

Demandez-nous nos certifications !

contactez-nous

Besoin d’un regard neuf sur votre patrimoine ? C’est simple, rapide et gratuit

1

Vous complétez le formulaire en quelques secondes

2

Nous vous rappelons sous 24h afin de planifier un rendez-vous.

3

Vous rencontrez un conseiller pour la réalisation d’une étude personnalisée

10 + 9 =

Soyez tranquilles, vous avez contacté les bonnes personnes

SIC Patrimoine, les chiffres qui ne trompent pas

%

de nos clients nous ont recommandé à leur familles

années d'expérience

familles accompagnées